That is what the future looks like

This article is in english, written in black / Vous pouvez lire cet article en français en bleu

I have been spending 3 weeks in the small town of Cloghjordan, in the middle of Ireland, in the middle of nowhere I would say… But in this middle of nowhere I discovered the kind of place I was looking for for a long time : an ecovillage. Cloghjordan ecovillage is really amazing because every thing has been thought in a modern ecological way, from the energy sufficiency to the governance of the village, not forgetting the community farm, producing vegetables with the principles of Biodynamics. Created by a groupe of dubliners engaged in a food cooperative and environnmental organisations, they decided to turn their ideas to reality and to create an ecovillage.

« The village » looks like an estate with new houses and building areas, all different in appearance : timber frame, cob houses, kit houses etc. At the moment, 20 houses are inhabited, 80 sites out of 130 has been sold.

J’ai passé 3 semaines dans le petit village de Cloghjordan, au milieu de l’Irlande, au milieu de nulle part, devrais-je dire… Mais au milieu de nulle part, j’ai découvert le genre d’endroit que je recherchais depuis longtemps : un écovillage. L’écovillage de Cloghjordan est étonnant car tout y a été pensé d’un point de vue écologique : de l’autonomie énergétique au mode de gouvernance de la communauté, en passant par la ferme communautaire. Un groupe de dublinois membres d’une coopérative alimentaire et engagés dans des associations de protection de l’environnement a décidé de mettre en pratique ses aspirations  en créant un écovillage.

The village” ressemble à un lotissement de maisons neuves et en construction, toutes d’apparence différentes : en ossature bois, en terre ou encore en kit. A l’heure actuelle, 20 maisons sont habitées, 80 des 130 terrains ont été vendus.

What is special in the ecovillage ? / Qu’est ce que cet écovillage a de si spécial ?
The global idea of the ecovillage is to be self sufficient or, as the people of the ecovillage would say, to be « resilient ». In the case of a future world without oil, how can we fullfill our needs ? With relocalizing everything around our house / estate and with re-building a community.

Le but de l’écovillage est de construire une communauté autonome, ou, comme les habitants de l’écovillage aiment à le définir : résiliente. Dans un avenir sans pétrole, comment pourront nous subvenir à nos besoins ? En relocalisant nos activités autour de notre lieu de vie et en recréant du lien entre les gens.

These main ideas come to reality with those different elements / Ces idées prennent forme en réalité à travers différents aspects :

  • The will to be linked to an existing village / La nécessité d’être relié à un village existant

In a country where a lot of villages and shops are left by the inhabitants, the gouvernement and the organisation emphasized the fact to be linked to an existing village, to take part in its revival. Contrary to be isolated in the countryside. It helps rebuilding community : the 2 schools of the village saw new children arriving ; a lot of organisations were created such as courses of irish languages, taï-chi courses and so.o. (also a bookshop opened).

Dans un pays où un grand nombre de villages ont été délaissés par leurs habitants, le gouvernement et l’association “The village” ont insisté sur le fait d’être reliés à un village existant, pour le redynamiser plutôt que de faire émerger un nouveau village, isolé dans la campagne. Les 2 écoles du village ont vu leurs effectifs augmenter avec l’arrivée de nouvelles familles et plusieurs association ont été créées proposant des cours de langue irlandaise ou encore des cours de taï-chi etc. Une librairie a aussi vu le jour.

  • The division of the land / La division de l’espace
The 67 acres of the ecovillage are divided in 3 equal parts : a half for the housing and the gardens around the houses, 1/3 for the community farm and the 3rd 1/3 for a woodland. It means that when someone is buying a site, he/she is also paying a part of the woodland and of the farm. Each site also provides a 100m2 allotment for the people to grow their own vegetables; an access to high speed internet ; telephone ; TV and so.o.

Les 27 hectares de l’écovillage sont divisés en 3 parties : 1/3 des terre sont consacrées à la construction des maisons et de jardins, 1/3 à la ferme communautaire et 1/3 de forêt. Cela signifie qu’à l’achat d’un terrain, chaque personne / famille paie aussi une partie de la forêt et des terres agricoles. A celà s’ajoute un jardin familial de 100m2 par terrain pour permettre aux habitants de faire pousser leurs propres légumes, un accès à internet, le téléphone, la TV etc.

  • Produce and economize energy / Produire et économiser l’énergie

The ecovillage has an energy center with the biggest solar pannel park of Ireland : 400m2 and a heating center with 2 boilers which burns wood. It provides hot water and heats the houses. The houses are well isolated, so it doesn’t need a lot of energy. The village does not create electricity yet, but it’s something which is supposed to be realised in the next 10 years.

L’écovillage possède un “energy center” (ou centre d’énergie) incluant le plus grand parc de panneaux solaires thermiques d’Irlande (400m2), ainsi qu’un bâtiment abritant deux brûleurs à bois pour chauffer les maisons et l’eau. Les maisons sont très bien isolées et nécessitent très peu d’énergie pour les chauffer. Le village ne produit pas encore sa propre électricité mais envisage de le faire dans les 10 prochaines années.

With the housing, the farm is of course the most important thing to gain resilience. By having its own farm, the ecovillage can grow its own vegetables and do not need to import food. 3 farmers work on the farm : one works with the animals. At the moment, there are 4 cows, providing 15 litres of milk per day, 6 pigs (belonging to around 12 families), chickens and sheep to provide meat once a year. The community would like to increase this amount. The cereals to feed the animals are produced by the farm. About the vegetables, 2 farmers work in the fields : one is specialised in beans and is in charge of 4 polytunnels. He’s working part-time and is also in charg of some education, as well as setting up some experiments. The other, employed full-time, deals with potatoes, carottes, cabbage, salads etc. using biodynamical principles. The members of the community get vegetables twice a week and pay around 50 Euros per month.

Avec l’habitat, la ferme est bien sûr l’élément central permettant d’être résilient. En possédant sa ferme, l’écovillage peut faire pousser ses propres légumes . 3 fermiers travaillent à la ferme. L’un travaille avec les animaux : 4 vaches produisant 15 litres de lait par jour, 6 cochons (appartenant à environ 12 familles), des poulets et des moutons fournissant de la viande une fois par an. Les membres de la ferme communautaire aimeraient augmenter cette production. Les céréales permettant de nourrir les animaux sont produites par les fermiers. A propos des légumes, 2 fermiers travaillent dans les champs : l’un s’occupe plus particulièrement des haricots et des 4 serres (produisant tomates, courgettes etc.). Il y travaille à temps partiel et s’occupe aussi de formation à l’agriculture et d’expérimentations sur les légumes et les modes d’agriculture. Le second, employé à plein-temps s’occupe des carottes, patates, salades etc. En suivant les principes de l’agriculture biodynamique. Les membres de la communauté recoivent des légumes deux fois par semaine et paient environ 50€ par mois.

  • A business center / Un centre d’entreprises
Is not built at the moment but the project is to implant green enterprises which will share common spaces as : places to work in and plug the computers, common kitchen, common rooms etc. It could also contain enterprises which transform farm products in added-value products such as jam with the village’s fruits, oil etc. ; a fab lab (I’ll have to post an article about it later to explain what it is) and other enterprises. The idea is to provide work for the people living around.

Le business center est en construction, le projet étant d’implanter des entreprises vertes qui partagent des locaux en commun : des salles de travail permettant de brancher des ordinateurs, des cuisines et salles communes etc. Cela peut inclure de entreprises qui transforment les légumes de la ferme en produits à forte valeur ajoutée tels que confitures, huile etc ; un fab lab (Je vais devoir en parler dans un autre article prochainement) et d’autres entreprises. L’idée étant de créer des emplois locaux.

  • A new governance / Un nouveau système de gouvernance
Following the Viable System Model of Stafford Beer*, the village doesn’t have any chief. All decisions are made by consensus. The only vote that has been made was to decide where the village would be built. Since this time, the members meet once a month to make all the decisions. Then, different working groups meet to work on the different themes. If someone disagrees with a decision, he is supposed to give another idea to the work group and try to change it. It is a difficult thing to do because all the members of the village have different view on the ecovillage. So it’s a real challenge to deal with it, but it seems to work !

Suivant le Modèle de Système Viable établi par Stafford Beer*, le village n’a pas de chef, ni de dirigeant. Toutes les décisions sont prises par consensus. Le seul vote qui a été fait était celui de choisir le lieu d’implantation du village. Depuis, les membres de l’écovillage se réunissent une fois par mois pour prendre toutes les décisions. Ensuite, différents groupes de travail se retrouvent pour travailler sur les différents aspects du projet. Si quelqu’un est en désaccord avec les décisions prises par la communauté, il peut intégrer le groupe de travail concerné et essayer de changer cette décision. La gouvernance n’est pas évidente parce que les membres du village ont tous des visions différentes de l’écologie et de la communauté. C’est donc un vrai challenge, mais cela semble fonctionner jusqu’à maintenant !

  • Building a community / Construire une communauté
One of the main aims of the organisation is to build a community of people able to trust each other and know each other, to share the strength of the different people in the community. Every friday, a community meal is provided in one family house. Everyone takes some food and share it with the others. The people also help each other in the case of moving out, building houses or in important moments of the life such as weddings or funerals.

Un élément essentiel de l’écovillage est de construire une communauté de gens qui peuvent s’entraider et compter les uns sur les autres. Le vendredi, le repas communautaire réunit les membres de l’écovillage dans une maison différente. Les habitants s’entraident aussi régulièrement : pour les déménagements, la construction des maisons ou encore les moments importants de la vie tels que mariages et funérailles.

Some questions about the ecovillage / Quelques interrogations à propos de l’écovillage

What is really impressing when you go to the ecovillage is the size of the houses : is it acceptable to have such big houses ? Even if the village is dealing with questions of co-housing etc. ; should we not build smaller houses, less energy consumming ? For me, it would be more adapted to an ecological way of living.
So, the 2nd question, linked to this one is the access to such an ecovillage. The inhabitants of Cloughjordan’s ecovillage are mostly retired or middle- / upper-class families who were able to sell there Dublin appartment to settle in the countryside. But what about students and unemployed people ? The village is having to work on those questions and it is relevant to think about it. How to democratize this kind of living for other people ? I would like to continue to explore those questions in my next posts.

Ce qui m’a marqué au premier coup d’oeil lors de mon arrivée à l’écovillage, c’est la taille des maisons : est-ce acceptable d’avoir des maisons aussi grandes ? Même si le village travaille sur les questions d’habitat partagé etc., ne devrions-nous pas construire des maisons plus petites, moins consommatrices d’énergie ? Pour moi, ce serait plus en adéquation avec des convictions écologiques.

La deuxième question liée à la première est l’accès à l’écovillage. Les habitants de Cloghjordan sont pour la majorité, soit retraités, soit issus de classes moyennes/supérieures qui ont pu revendre leur appartement de Dublin pour construire leur maison à la campagne. Mais comment intégrer des étudiants et des chômeurs ? Le village travaille sur ces questions. Comment démocratiser ce type d’habitat ? J’aimerais approfondir ces questions dans de prochains posts.

* Stafford Beer is a british theorician who helped the chilian president Salvador Allende to build a new model of transmission of information for the chilian state based on cybernetic rules.

* Stafford Beer est un théoricien britannique qui a notamment aidé le président chilien Salvador Allende à construire un nouveau modèle de transmission de l’information pour l’état chilien basé sur les lois de la cybernétique.